Ne vous laissez pas marcher sur les pieds !

Le point de départ pour ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Ne pas se laisser « marcher sur les pieds », c’est par exemple pouvoir dire ce que vous acceptez et ce que vous ne voulez pas. Cela commence par une réflexion sur soi, à savoir : quelles sont mes limites. Qu’est-ce que je suis prêt(e) ou non à accepter.

Assertivité, ne pas se laisser marcher sur les pieds

Fixez vos limites pour ne pas vous laisser marcher sur les pieds

Savoir se fixer des limites est la base d'un comportement assertif. Les limites peuvent être d’ordre très différent :

  • Oser dire à votre collègue de ne pas vous interrompre car vous êtes concentré sur un dossier.
  • Ne pas accepter de devoir assumer le travail de votre collègue qui arrive régulièrement en retard, jusqu’à son arrivée.
  • Faire face à un manager d’un autre département qui vient régulièrement vous demander de faire un travail pour lui à la dernière minute alors que vous avez déjà trop de travail et que vous ne savez pas comment vous aller boucler votre journée . 
  • Filtrer les appels systématiques d'un collègue d’un autre service qui vous téléphone pour vous demander des renseignements qu'il pourrait facilement trouver sur l’intranet.

Vous n’osez pas toujours mettre des limites face à ces comportements. Vous êtes "irrité(e)" car cela se représente souvent et vous n’avez pas que ça à faire…et pourtant vous continuez à accepter.

 

  • Que comptez-vous mettre en place par rapport à ces situations ?

    La première étape d'une formation à l'assertivité consiste à déterminer ce que vous êtes prêt(e) à accepter et ce que vous ne souhaitez plus accepter. Cela passe par la compréhension de vos besoins et la définition claire de vos limites. Cette première étape nécessite une réflexion sur soi et ses besoins.

    La seconde étape consiste à communiquer vos limites à votre interlocuteur. 

    Autant de questions auxquelles l’assertivité peut répondre. Voici quelques pistes :

    • Identifiez concrètement ce que vous désirez (par exemple : ne plus accomplir les tâches de ma collègue qui arrive régulièrement en retard).
    • Dites ce qui vous dérange dans la situation. Ce que vous ressentez ou par exemple, dites que vous n’avez pas le temps de faire des photocopies aujourd’hui …
    • Exprimez votre besoin (par exemple vous concentrer sur vos tâches).
    • Expliquez à votre interlocuteur quel est votre rôle et ses limites.

     

    Fréquemment une approche collective se révèle insufisante pour aborder les freins profonds à l'adoption d'un comportement assertif. Une approche individuelle amènera dès lors à des changements plus durables et plus effectifs. Chez Métamorphoses nous proposons donc de réaliser nos interventions d'amélioration de l'assertivité sous forme de :

     

     



découvrez notre programme de formation à l'assertivité